Comment ?

Un nouveau blog de cuisine c’est bien mais faire connaissance avec la cuisine avant, c’est mieux. Si je m’attarde sur un blog, j’apprécie ensuite de découvrir son auteur. Lorsque plusieurs recettes me chatouillent les pupilles j’aime déchiffrer la personnalité de la blogueuse ou plus rarement du blogueur. Ne serais-je pas un peu voyeuse ??? Il me plait aussi de découvrir les outils qui l’aident à faire de bons petits plats.

J’ai une attirance particulière pour tous les ustensiles de cuisine, après les chaussures et les sacs à main ;-), et si je m’écoutais je dévaliserais bien les boutiques du genre c*l**a**on… ou Alice D….mais revenons-en à nos marmites :

Voici une liste non exhaustive du matériel que j’emploie le plus souvent, elle est susceptible d’être mise à jour au gré de mes achats compulsifs dans les magasins cités précédemment :

Une cocotte en fonte : je l’utilise en particulier pour la cuisson des viandes en sauce.

Des poêles en fer et en inox : j’ai éliminé toutes les casseroles qui possédaient des revêtements anti-adhésifs. D’une part il y a un doute sur la toxicité de ces revêtements mais en plus ils ne durent souvent que quelques mois et perdent très vite leurs qualités anti-adhésives. L’apport de graisse est indispensable avec l’inox et le fer mais il faut savoir que le gras est aussi indispensable au bon fonctionnement de notre cerveau donc il ne s’agirait pas de l’éliminer complètement de notre alimentation…mentions particulières pour l’huile d’olive et pour l’huile de coco qui peuvent être chauffées sans risquer de perdre leurs propriétés, à condition toutefois de ne pas les faire fumer.

Une mandoline japonaise : je sais c’est une arme féroce mais inégalable pour finir aux urgences transformer les légumes en tranches fines, spaghetti, tagliatelles…pour limiter les dégâts j’ai investi dans un gant anti-coupure.

Une machine à pain : je ne m’en sers pas souvent pour cuire le pain, mais je la laisse gérer la préparation de mes pâtes à pain, brioche, pizza, muffin…

Un four électrique : il est assez récent et plutôt performant, je rêve en secret (plus maintenant) d’un four vapeur…

Un robot génialissime qui fait tout (ou presque), il s’appelle Cook’in pour ne pas le nommer. Maintenant que je l’ai adopté je ne fais presque plus rien sans lui  : pâtes, smoothies, glaces, gâteaux, soupes, tartinades et même du thé ! beaucoup d’entre vous connaissent peut-être son cousin le Thermomix. Celui que je possède chauffe par induction alors que son concurrent par résistance mais je crois savoir qu’ils sont aussi performants l’un que l’autre. Les jours de l’année où il ne sert pas se comptent sur les doigts d’une main. C’est un vrai bijou, dans tous les sens du terme, quand on connait son prix.

J’ai aussi la chance d’avoir à mes côtés un autre compagnon mais là je n’ai pas de superlatif assez fort pour le décrire. Il ne saurait d’ailleurs se limiter au domaine de la cuisine. Il me soutient dans toutes mes expériences culinaires, puisque c’est le sujet ici, avec beaucoup d’objectivité. Il me conseille, m’inspire et grâce à lui, je ne cesse de progresser. Comble du  luxe, il range même la cuisine après mes chantiers culinaires (un doux euphémisme), mais ne le répétez pas trop fort, sa virilité pourrait « mâle » le prendre. Par contre il ne veut pas que je lui fasse de pub alors je tiens son prénom sous silence en ces lieux, mais son nom figure sur mon état civil…

Laisser un commentaire